Articles VALGO

VALGO s’intéresse aux polluants émergents : les PFAS expliqués à tous

23.06.2020

Vous en avez peut-être entendu parler dans les médias, de nouvelles molécules font régulièrement leur apparition dans les médias ou le débat public. C’est ce qu’on appelle un polluant émergent : généralement pas encore bien connu (au niveau toxicité et comportement), ni étudié, donc peu recherché, peu réglementé et peu éliminé par les traitements classiques. 

 

Les caractéristiques des PFAS 

 

Les PFAS sont caractérisés comme des polluants émergents. Cet acronyme cache une grande famille de chaines carbonées (comme les hydrocarbures), mais entièrement recouvertes de fluor. Cette « couverture » fait que ces composés ne brûlent pas et, comme le lien entre carbone et fluor est très solide, ils sont extrêmement résistants, notamment à la chaleur. Autre propriété intéressante : ils sont hydrophobes ET lipophobes, c’est-à-dire qu’ils repoussent autant l’eau que le gras.

D’où une multitude d’applications en traitement de surface, comme imperméabilisants, déperlants,… la plus connue étant le Téflon® (PTFE), sur les poêles, les outils et autres pièces mécaniques. Ces propriétés en lien avec les interactions de surface en font aussi de très bons agents moussants. Et comme on a vu qu’ils résistent à la chaleur, on peut utiliser ces mousses dans la lutte contre les incendies. Tous ceux qui ont suivi la formation d’équipier incendie savent qu’il ne faut pas attaquer un feu d’essence avec de l’eau, car l’essence flottant sur l’eau, l’arrosage accélère la propagation du carburant enflammé. Le moyen est alors d’étouffer le feu, en le privant d’oxygène, et la mousse, si elle résiste à la flamme, joue très bien ce rôle.

C’est pour cette raison que les pompiers ont abondamment utilisé ces AFFF (agents formant un film flottant) sur l’incendie de Lubrizol en septembre dernier, car de nombreux hydrocarbures brûlaient. Cependant, les PFAS sont quand même relativement solubles. Alors, pour éviter de créer une catastrophe en en combattant une autre, les eaux d’extinction des flammes, puis de refroidissement des foyers, auxquelles s’ajoute toujours un peu de pluie, ont été collectées, pompées et stockées dans des cuves disponibles, pas encore démantelées, du site de l’ancienne raffinerie de Petit-Couronne. Le sujet est donc brusquement passé du statut d’un intérêt général, comme de nombreux composés, à un besoin urgent de parfaire nos connaissances spécifiques sur ces composés, leur comportement et les moyens de lutte ou de destruction. Car, même si, par définition, une mousse est très légère, ces composés sont toxiques à très faible concentration : 0,1 µg/L, soit l’équivalent de 1 g dans 3 à 4 piscines olympiques.

VALGO lance des études approfondies sur les PFAS

 

Aujourd’hui, pour lancer des études approfondies sur le sujet, VALGO encadre 2 stages complémentaires sur le sujet :

  • Un sur une étude toxicologique, qui va notamment chercher à voir les impacts de cet incendie sur les eaux et organismes vivants de la Seine
  • Un autre sur les techniques de dépollution, avec état de l’art et des essais de traitement au laboratoire, afin de proposer une chaîne de traitement spécifique.

Dans l’immédiat, cet approfondissement des connaissances nous permettra d’améliorer notre réponse technique aux industriels touchés par cette catastrophe. Plus généralement, cela démontre la capacité de VALGO à réagir aux problématiques nouvelles, tout en étoffant notre portefeuille de traitements éprouvés.

Article précédent

VALGO propose une diversité de métiers. Rejoindre VALGO, c’est prendre part à des projets diversifiés …

Lire la suite