Articles VALGO

SEIN – La réindustrialisation à l’épreuve du ZAN

29.03.2022

A l’occasion de la première conférence du cycle « Industrie et Territoires bas-carbone – Défis d’une réindustrialisation durable » organisée par VALGO et ses partenaires à la Maison de l‘Industrie,  le VP Europe du sud VALGO, Andrea BEGO GHINA, a pris la parole.

Retrouvez tous les intervenants de cette conférence en vidéo qui débattent autour du thème : la réindustrialisation à l’épreuve de l’objectif  – Zéro Artificialisation Nette ZAN – est-elle possible ?

———————————————–

Découvrez la prise de parole d’Andrea BEGO GHINA lors de notre événement

———————————————–

La méthode VALGO pour réhabiliter une friche industrielle

Andrea BEGO GHINA : « VALGO est un opérateur privé spécialisé dans la réhabilitation de friches industrielles. Notre modèle est original : la VALGOrisation. Elle consiste à intégrer la chaine de valeur des acteurs du projet en apportant une agilité et une expertise qui facilitera la réhabilitation. Dans le modèle VALGOrisation, nous avons une première étape : le VALGOScan. Nous évaluons la pollution du site et les moyens de dépolluer et de décontaminer la friche.

« Nous évaluons aussi l’impact des usages futurs de la friche. »

Selon le nouvel usage de la friche industrielle, nous proposons ou adaptons une solution pour assurer la pérennité environnementale du site. C’est essentiel si les autorités publiques souhaitent garder une cohérence environnementale du projet durant plusieurs années.

En associant nos compétences aux financeurs et responsables publics, nous réalisons une réhabilitation rapide et efficace. VALGO réalise également les travaux d’assainissements environnementaux.

VALGO et l’objectif ZAN, toute l’entreprise s’inscrit sur le principe de la Loi Climat & Résilience

Réhabiliter une friche, c’est réutiliser une zone déjà artificialisée. Donc pas d’augmentation de l’artificialisation. C’est positif pour les responsables de la commune.

Pour ma part, il est envisageable de créer une taxe spécifique pour favoriser la réhabilitation des friches plutôt que d’en créer des nouvelles sur des zones naturelles. En effet, si les décideurs construisent sur une zone naturelle, c’est au détriment de l’environnement. Cette taxe aiderait financièrement la réhabilitation de friche industrielle dont la dépollution peut coûter chère et ainsi ralentir l’artificialisation des sols.

Une réhabilitation de friche qui respecte les objectifs environnementaux nationaux

C’est durant le processus de réhabilitation que nous devons rester vigilants. Deux objectifs principaux coexistent.

  • Développer des technologies qui permettent de réutiliser les matières déjà présentes sur le site.
  • Assurer un transport le plus neutre possible : favoriser les transports environnementaux comme le transport par barges quand on peut le faire, utiliser l’économie circulaire pour éviter les longs trajets…

C’est à l’intérieur d’une limite géographique que nous développons l’économie circulaire. Or, tout dépend des activités. Par exemple, lors de la réhabilitation de la friche industrielle de PIC, nous avons constaté qu’il y avait une papeterie à proximité. La cheminée de la papeterie crachait une fumée composée de vapeur d’eau, suite au chauffage du papier. Cette vapeur est une énergie. Malheureusement, nul ne profitait de l’énergie émise, la solution étant l’évacuation par la cheminée. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Cette énergie est réutilisée par la friche voisine. Nous sommes acteurs de l’économie circulaire.

Il y a 10 ans, on évoquait la « smart city », c’est un peu le même principe car l’économie circulaire et l’utilisation rationnelle d’une zone dépendent des activités de chacun.

Réhabilitation et réindustrialisation

La France a déjà des industries : il faut les conserver ! Quand une industrie part, c’est du jour au lendemain. En arrivant à la friche de PIC, il y avait encore le menu de la cantine affichée, les couverts sur les tables, les stylos sur les bureaux…

La friche industrielle de PIC, c’est 280 hectares dont 200 revalorisés presque sans travaux et 80 hectares extrêmement pollués. En 7 ans, le site a été totalement modifié. Pour cette réhabilitation, VALGO a choisi de favoriser l’économie circulaire et de réemployer les matériaux.

Par exemple, nous avons créé quelques kilomètres de voirie avec des bétons concassés du site de PIC. L’impact environnemental pour le transport est proche de zéro, on recycle sur place.

De même, la friche industrielle de PIC étant proche de la Seine, nous avons favorisé le transport fluvial par la Seine lorsque nous avons dû importer des terres excavées provenant des 67 kilomètres de tunnel de métro du Grand Paris.

Réhabiliter une friche industrielle, c’est améliorer sa valeur environnementale

Comment requalifier une friche industrielle pour qu’elle devienne une chance pour l’écosystème ? Les réhabilitations des friches industrielles permettent aussi de recréer des espaces naturels, des zones boisées, des corridors de vie.

Nous proposons grâce à la Fondation VALGO, la réintroduction d’espèces ou la création de zones favorables qui aident la biodiversité. PIC ? Il y a 7 ans, c’était une raffinerie de pétrole. Aujourd’hui la vie est à nouveau présente sur le site.

Réindustrialisation de la France : les anciennes friches industrielles, resteront-elles industrielles ?

Tout dépend de la localisation géographique de la friche à réhabiliter.

Soit l’expansion de la ville s’est étendue, dorénavant la ville entoure la friche. Les porteurs de projet souhaiteront alors la construction d’une zone d’habitation.

Soit la friche industrielle est restée périphérique à la ville. Ces friches sont moins concernées par la volonté de créer de nouvelles habitations. En revanche, si la commune souhaite la création de commerces ? C’est de l’économie réelle, mais ce n’est pas de l’industrie.

Et puis je soulèverai un dernier point. Imaginons la création de x emplois sur site. Comment les travailleurs se déplaceront à leur travail ? Soit en polluant car ils sont éloignés, soit sans polluer car ils sont proches. »

« Je défends donc l’idée de friche mixte alliant urbanisation, commerces et industrie pour le bien de l’économie circulaire et de l’environnement. »

  • Tous les intervenants à cette première conférence Territoires et industrie bas carbone !

Tous les intervenants à cette première conférence Territoires et industrie bas carbone !

VALGO remercie tous les intervenants :

Anaïs Voy-Gillis, Géographe, experte Industrie

Andréa Bego Ghina, V.P Europe du Sud, Dépollution & Valorisation des terres

Olivier Pagezy, Directeur général Investissements et Territoires

Olivier Lluansi, Associé PwC Strategy&

 

VALGO remercie tous ses partenaires :

Société d’Encouragement pour l’Industrie nationale

Leonard

OPEO

Energy Observer Foundation

Article précédent

Un partenariat stratégique pour agir sur le changement climatique à grande échelle. L’innovation et le …

Lire la suite

Article suivant

Un partenariat INSA VALGO stratégique pour agir sur le changement climatique à grande échelle. L’innovation …

Lire la suite