Articles VALGO

Un chantier DTH au cœur des montagnes

05.04.2022

Suite à l’appel à projet de dépollution d’un ancien garage, l’EPFL SAVOIE a mandaté VALGO pour réaliser ces travaux à Gilly-sur-Isère. Afin de convaincre les parties prenantes dont l’ADEME, VALGO a proposé une technique innovante et bas-carbone : la désorption thermique dite DTH.

Trente ans de pollution aux hydrocarbures ! Plus problématique, la pollution à l’essence s’infiltre jusqu’à 13 mètres de profondeur. Le tout en « Cœur de ville », c’est à dire visible par tous, sur un terrain déjà artificialisé.

Un chantier pollué aux hydrocarbures en « Cœur de ville » : VALGO propose la DTH

La commune de Gilly-sur-Isère pourrait laisser ce terrain à l’abandon et construire ailleurs afin de s’éviter les coûts de la dépollution du site. En d’autres termes, la Mairie peut décider d’artificialiser telle zone naturelle dans le cadre de la gestion de sa commune. Cette pratique dangereuse pour l’environnement épuise les ressources et laisse des zones à l’abandon.

Au programme des experts chantiers : dépolluer atteignant 13 mètres de profondeur.

L’Etat et les Territoires se dotent de moyens pour offrir une alternative aux communes. L’expression du besoin par l’EPFL Savoie a permis l’appel à projet. VALGO l’a remporté parmi quatre autres offres grâce à une prise en compte des besoins client. Bien sûr, il s’agit des caractéristiques du chantier et son analyse méticuleuse et stratégique pour apporter la meilleure solution : la technique de désorption thermique dite DTH répond à tous ces critères. Argument supplémentaire et décisif, la DTH minimise l’impact des travaux sur l’environnement local !

En ce mardi 5 avril 2022, les étapes les plus compliquées du chantier sont passées. A cette occasion, les parties prenantes ont souhaité partager cette réussite en organisant un événement, dont vous retrouverez les images et les interventions dans cet article. Fier de vous présenter ce chantier DTH VALGO, plusieurs médias régionaux ont relayé la réussite de ce projet de dépollution, car c’est toute la région qui en bénéficie ! Explications.

La  désorption thermique DTH remplace l’excavation de terre polluée et cela fait du bien à l’environnement !

L’évolution des techniques de dépollution est en plein essor. Dépolluer sans polluer, efficacement, rapidement, maitriser les coûts et revitaliser une zone sinistrée, sont autant d’enjeux pour le client. Pour se faire, la gestion projet et la logistique sont essentielles.

En proposant la technique de désorption thermique dite DTH, VALGO a convaincu les parties prenantes de lui confier ce chantier. 

Il y a quelques années, alors que les technologies actuelles de dépollution n’étaient pas aussi performantes et variées qu’aujourd’hui, ce chantier de dépollution aurait pris des dimensions pharaoniques.

Sur ce type de configuration chantier, l’option privilégiée en dépollution des sols aurait été l’excavation de terre. Or, comment excaver une pollution au sol à 13 mètres de profondeur ? Selon notre ingénieur : « Il aurait fallu utiliser une foreuse d’une vingtaine de mètres. Creuser verticalement n’étant pas possible, nous aurions creusé un cratère d’une trentaine de mètres de circonférence au minimum. Si tu observes le terrain, les deux maisons voisines du site seraient fortement impactées ou détruites, la route adjacente et le champs d’à côté aussi. »

En plus de ces impacts sociétaux, le transport de terres excavées émet 6 fois plus de carbone que le traitement in situ ! (Calcul lié au site de Gilly-sur-Isère, le transport émettant plus de carbone, il s’agit entre autres de calculer la distance entre le site et le centre de déchets).

Le transport de terres excavées à Gilly-sur-Isère émettrait 6 fois plus de carbone que le traitement in situ proposé par VALGO !

 

La technique DTH pour dépolluer les sols  « in situ » : le fonctionnement d’une dépollution innovante au cœur des montagnes de Savoie

Les équipes VALGO ont donc été retenues suite à leur proposition innovante : la désorption thermique in situ, communément nommée DTH.

Le principe de la DTH est simple : une fois la terre chauffée à la température souhaitée, le polluant devient volatil. En créant une circulation d’air grâce à une technique de « venting », le polluant est récupéré par aspiration dans des tuyaux. Ces tuyaux font circuler les polluants volatils vers un double traitement : air et eau.

Pourquoi les polluants devenus volatils sont dirigés vers une solution aqueuse ? Comme une tâche d’huile sur de l’eau, les hydrocarbures restent en surface. C’est le même phénomène observé lors d’une marée noire : les hydrocarbures stagnent au-dessus de l’eau. Il suffit donc d’extraire la couche supérieure de l’eau pour récupérer ces polluants flottant à la surface. L’eau restante sera retraitée.

VALGO investit chaque année 1% de son chiffre d’affaire en innovation des techniques de dépollution de dépollution, de décontamination et de revitalisation.

Conscient des problématiques et du rôle des technologies innovantes pour dépolluer les sites sinistrée par la pollution, VALGO investit chaque année 1% de son chiffre d’affaire pour innover dans les techniques de dépollution de dépollution, de décontamination et de revitalisation. Ces recherches sont encadrées par un laboratoire interne et par le pôle R&D de VALGO.

« Ce projet est représentatif de notre savoir-faire sur le traitement des pollutions in situ que l’on travaille depuis 18 ans. Ici, il y a 1300 m³ à traiter. Sans notre méthode de désorption thermique, toute la terre contaminée aurait dû être acheminée par camion jusqu’à une centrale à Lyon. Notre technique est fiable et éprouvée, elle permet d’aller en profondeur et de faire remonter les polluants pour ensuite les traiter ».

Delphine DE FRANCE – Responsable RSE chez VALGO

Favoriser le traitement in situ pour respecter la loi Climat & Résilience et son principe de zéro artificialisation nette, dit ZAN

Cette semaine encore, le GIEC nous alerte des changements irréversibles imposés à l’environnement par les actions humaines. L’une des deux problématiques prioritaires établies par les scientifiques, le carbone. Les émissions de carbone menacent l’environnement terrestre, mais quel rapport avec le chantier de dépollution à Gilly-sur-Isère ?

Le sol emprisonne le carbone dans ses couches et permet au biotope (1/4 des êtres vivants vivent dans la terre) de se développer. En artificialisant les sols, c’est cette mécanique naturelle que la société impacte.

Lutter contre les émissions de carbone c’est lutter contre le réchauffement climatique et favoriser un avenir pour les génération futures. C’est donc à la fois environnemental et sociétal. Entreprise de dépollution, VALGO a une mission environnementale décisive pour aider les parties prenantes à respecter le principe ZAN de la loi Climat et Résilience.

Deux étapes pour y parvenir :  2030 et 2050. Cela permettra aux espaces naturelles d’être préservés de l’artificialisation des sols.

Les PLU – Plan Locaux Urbains – favorisent donc la réhabilitation d’un site déjà artificialisé. C’est aussi l’un des enjeux mis en valeur lors de la prise de parole d’Andrea BEGO GHINA VP Europe du Sud chez VALGO à l’occasion de la conférence Industrie et Territoires bas-carbone : les défis d’une réindustrialisation durable, organisé à l’Hôtel de l’Industrie en février 2022.

L’Etat et ses institutions ont donc participé au financement du chantier pour aider la commune à respecter les critères environnementaux. Ne pas artificialiser de nouvelles zones tout en redynamisant la démographie et les activités en « Cœur de ville » correspond aux attentes citoyennes. Comme le fait de ne pas sur-polluer les riverains avec des allers retours de camions qui transporteraient la pollution jusqu’à un centre de tri à une centaine de kilomètres.

 

 

Une dépollution en « Cœur de ville » apporte une dynamique vertueuse à la région

Grâce à la dépollution au centre de Gilly-sur-Isère, les habitants vont bénéficier d’un aménagement urbain anticipé pour correspondre aux besoins citadins. Des espaces verts seront créés qui permettront une circulation sécurisée des cyclistes et des piétons. De plus, 200 logements collectifs et individuels seront construits sur les 4 hectares de terrain libérés de la pollution. Certains rez-de chaussée auront des surfaces commerciales. Cette revitalisation sociétale est essentielle pour la ville et la région, elle permettra aussi de densifier cette zone.

Au-delà du retrait des hydrocarbures et de l’assainissement du terrain, la vision d‘ensemble des parties prenantes permet au foncier d’être revalorisé à hauteur des attentes citoyennes. C’est donc la ville, la région et le territoire qui bénéficient de cette revitalisation en cœur de ville ! VALGO tient à remercier toutes les parties prenantes pour la réussite de ce très beau projet car c’est ensemble que nous l’avons porté. Nous remercions la Mairie de Gilly-sur-Isère et son maire Pierre Loubet, l’EPFL Savoie, l’ADEME et la région.

C’est dans ce cadre que cet événement a servi de visite pédagogique du chantier DTH. Chef d’agence VALGO pour la région Rhône Alpes, Simon Jeanjean a proposé une visite du chantier et des installations aux invités pour présenter la technique de la DTH in situ en opération. Ce fut une opération très efficace.

«Grâce à 24 mini-chaudières alimentées par des bonbonnes de gaz, nous allons chauffer le sol à 350º de manière à atteindre la pollution, pour partie des hydrocarbures lourds, type huiles de vidange. Les gaz produits seront extraits du sol et ensuite traités».

Article précédent

Pour cette 1ère conférence du cycle « Industrie et Territoires bas-carbone », VALGO présente les moyens d’atteindre …

Lire la suite

Article suivant

Pour cette 3ème conférence du cycle « Industrie et Territoires bas-carbone », VALGO détaille le rôle prépondérant …

Lire la suite