Barbotage in situ (sparging)

Insuffler de l’air dans l’eau de la nappe pour en extraire les polluants dissous ; est couplé avec un venting pour ne pas pousser le polluant vers l’atmosphère.

Barrière perméable réactive

Mettre en place un réactif qui va traiter les polluants dissous dans la nappe, au fur et à mesure de son écoulement.

Biosparging

Insuffler de l’air dans l’eau de la nappe, pour y dissoudre l’oxygène, qui permet aux microbes de détruire les polluants.

Bioventing

Mettre en place un complexe multicouche, pour isoler le sol pollué, empêchant la propagation du polluant et son contact avec l’extérieur.

Confinement par couverture et étanchéification

Mettre en place un complexe multicouche, pour isoler le sol pollué, empêchant la propagation du polluant et son contact avec l’extérieur.

Désorption thermique in situ

Placer des éléments chauffant dans le sol, pour vaporiser le polluant, qui est alors piégé dans des dispositifs spéciaux (condenseurs, filtres,…) (cf venting pour sa captation)

Extraction double ou triple phase

Aspirer les phases mobiles (jusqu’à 3 : vapeurs, polluant dissous et polluant pur), pour les traiter en surface, dans des équipements spécialisés.

Oxydation chimique in situ

Injecter dans la nappe phréatique un superoxydant, qui va détruire les polluants, un peu comme on traite l’eau d’une piscine.

Piège hydraulique

Créer une dépression par pompage, pour empêcher l’eau polluée de se propager.

Pompage et traitement

Consiste à pomper les polluants dissous dans la nappe, puis les extraire par des procédés de séparation physique, ou de modification chimique.

Pompage-écrémage

Mettre en place des pompes très précises, qui ne vont pomper que la couche de polluant qui flotte à la surface de la nappe, pour limiter les volumes à traiter.

Réduction chimique in situ

Injecter dans la nappe phréatique un réactif, qui va détruire les polluants oxydants, ou oxydés.

Ventilation de la zone non saturée (venting)

Aérer le sol par une circulation d’air, comme on aère une pièce où l’on utilise de la peinture, à ceci près qu’ici les vapeurs sont conduites vers un organe de traitement.

Biotertre

Aérer le sol par circulation d’air, pour permettre aux microbes de détruire les polluants.

Désorption thermique

Mettre le sol en forme pour créer un réacteur biologique solide, dans lequel les conditions de biodégradation sont optimisées (air, nutriments, humidité…).

Encapsulation sur site et élimination en centres de stockage des déchets

Enfermer le polluant dans un complexe d’étanchéité pour proscrire toute migration des polluants, sur site, ou en centre de stockage.

Excavation des sols

Extraire dans les règles de l’art le sol pollué pour le diriger vers une technique de traitement, sur ou hors site. Ce faisant, on a déjà dépollué la zone concernée.

Landfarming

Activer le fonctionnement microbiologique du sol avec des techniques et engins agricoles ; très simple mais prend de la place.

Lavage des sables

Brasser vigoureusement le sol dans de l’eau, puis les séparer, pour entrainer hors de la matrice solide différents polluants.

Oxydation et réduction chimiques

Mettre en œuvre des réactifs d’oxydation ou de réduction, pour détruire les polluants du sol, dans une alvéole dédiée à cet effet.

Tri granulométrique

Trier les fractions du sol par taille (graviers, sables, limons, fines), dans le cas où la pollution se lie à l’une, et valoriser les autres fractions.

Ultra haute pression

Intervention sur des matériaux complexes et forte diminution de l’empoussièrement au poste de travail

Sablage

Finition des supports sur des revêtements de bâtiments ou industriels

Dépose mécanique

Intervention d’engins mécaniques pour assurer la dépose des MCA les plus lourds.

Dépose robotisée

Pilotage des technologies les plus avancées par nos opérateurs.

Encapsulage

Recouvrement durable des matériaux amiantés en zone active.

GSBR®, traitement simultané du carbone, de l’azote et du phosphore

Mettre en œuvre des granules aérobies et permettre d’abattre 95% des composés azotés et 94% des phosphates sans réactifs. Tous les effluents comprenant une pollution organique significative peuvent être traités par ce procédé.

METHACORE®, traitement des effluents liquides

Le principe breveté du METHACORE® repose sur la technologie UASB (Upflow Anaerobic Sludge Blanket) qui met en œuvre un lit de boues granuleuses dans un flux ascensionnel.

METHAMIX®, traitement des produits semi-pateux

Permettre de produire du biogaz de façon continue et régulée à partir de produits semi-pâteux voire solides, issus notamment de l’industrie agro-alimentaire ou de l’agriculture.

METHADRY®, traitement des matières solides

Associer un premier étage de liquéfaction de la matière organique digestible en voie sèche avec un second étage de méthanisation rapide METHACORE®.